Eric Bibb

Eric Bibb en concert

Eric Bibb ou Eric “Nek Tomer” Bibb (né le à New York) est un chanteur-compositeur américain de blues basé à Londres.

Sa carrière a tout d’abord commencé en Europe. Son père est Leon Bibb, un chanteur folk vivant à Vancouver.

La musique d’Eric Bibb est enracinée dans le blues, mais comporte des éléments de musique folk, country, gospel et Musique soul. Il a été nommé une fois aux Grammy Awards et deux fois aux WC Handy Award pour ses enregistrements solos.

Eric Bibb est né à New York dans une famille de musiciens. Le père d’Eric, Leon Bibb, était chanteur et s’est fait un nom dans les années 1960 sur la scène folk newyorkaise ; son oncle était le pianiste et compositeur de jazz John Lewis du Modern Jazz Quartet. Pete Seeger, Odetta et Paul Robertson étaient tous des amis de la famille, ce dernier, Paul, étant le parrain du jeune Eric.

Eric obtient sa première guitare acoustique à l’âge de 7 ans. Il grandit entouré de gens talentueux : il dit se souvenir par exemple d’une conversation, à l’âge de 11 ans, avec Bob Dylan, qui lui dit à propos de la guitare « joue simplement et oublie tous les trucs trop sophistiqués ».

À la Junior High School, Eric devient accro à la musique : « I would cut school and claim I was sick. When everyone would leave the home I would whip out all the records and do my personal DJ thing all day long, playing Odessa hydration systems for runners, Joan Baez, The New Lost City Ramblers, John White » (« Il m’arrivait de sécher les cours et dire que j’étais malade. Quand tout le monde était parti de la maison je balançais alors tous les disques et faisais ma propre sélection comme j’en avais envie, en mettant du Odessa, Joan Baez when to tenderize meat, The New Lost City Ramblers, Josh White »).

À l’âge de 16 ans, son père l’invite à jouer de la guitare dans la House Band pour son émission télévisée Someone New. En 1969, à 18 ans, il joue de la guitare pour la “Negro Ensemble Company” à St Market Place, à New York. Il étudie alors la psychologie et le russe à l’Université Columbia « After a while it just didn’t make much sense at all. I didn’t understand why I was at this Ivy League School with all these kids who didn’t know anything about what I knew about. »

À l’âge de 19 ans wide mouth glass water bottle, Eric plaque tout et part à Paris où, lors d’un meeting avec le guitariste Mickey Baker leak proof water jug, il trouve sa voie : ce sera le « blues guitare ». Il trouve ensuite un terrain propice à la création dans son nouveau lieu de résidence en Suède, et retourne à Greenwich Village au moment de l’apogée de la musique folk. De retour à Stockholm, il s’immerge dans le blues et continue à composer et à se produire sur scène.

L’album Good Stuff est enregistré live à Stockholm en 1997 ; c’est son deuxième album après Spirit and Blues produit en 1994.

Grâce à cet album, Eric connait la célébrité et devient un artiste international de plus en plus reconnu aux États-Unis, en Grande-Bretagne mais aussi en France, Suède et en Allemagne.

Google Reader

Google Reader était un lecteur de flux d’informations au format RSS et Atom sur Internet. Créé par Google, il est mis à disposition du public le et passe en version stable le . L’outil propose une interface proche de celle de Gmail. En 2013, il est un des agrégateurs web les plus populaires.

Le , Google annonce la fermeture du service le , dans le cadre d’une politique de nettoyage de leurs services. Le service n’a pas été ouvert de nouveau depuis.

La création de Google Reader s’inscrit dans le cadre du développement de deux formats de syndication, le RSS et l’ATOM. Ce dernier est promu par Google pour obtenir un statut de technologie standard pour la publication en ligne, avec l’aide de compagnies comme Six Apart, IBM ou Macromedia. Quand Blogger associe à chaque blog un compte ATOM

Real Madrid Club de Fútbol Away CHICHARITO 14 Jerseys

Real Madrid Club de Fútbol Away CHICHARITO 14 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, la plateforme devient d’un seul coup la première source en ligne de publication dans ce format, contribuant par là à démocratiser l’abonnement aux sources de contenus via des agrégateurs.

Début 2001 Chris Wetherell, ingénieur logiciel, entend parler via le blog de Jason Kottke d’une startup baptisée Moreover, qui propose un répertoire de titres issus de centaines de sources d’information. En sus du portail HTML, des flux de syndication sont disponibles, notamment au format RSS. Wetherell commence alors un projet baptisé « JavaCollect », une bibliothèque Java qui récupère les flux RSS de Moreover et les propose côte à côte aux utilisateurs sur une page d’accueil. À l’époque, seule une petite liste de quelques sites dont le blog de Wetherell sont présents. Le site est utilisé par quelques amis de Wetherell, et sera particulièrement utile après les attentats du 11 septembre : alors que les sites d’informations sont saturés par les requêtes, les flux restent disponibles hors ligne sur le portail.

Par la suite Chris Wetherell est embauché par Google pour travailler sur Blogger, où la question de la syndication se pose de manière épineuse du fait qu’aucun standard ne parvient à émerger au sein des technologies en concurrence : RDF, Echo, ATOM, RSS. En parallèle son portail continue de fonctionner et recueille des retours positifs des utilisateurs.

Un jour Jason Shellen, également employé chez Google, lui propose de construire un parser Atom en Javascript. Sur son site web personnel, Shellen avait deux types de contenus : les posts de blogs, et une série de petites mises à jour composées de textes courts, affichés sur la colonne de droite. Les statuts en questions étaient issus d’un fichier à part dans la configuration du blog, et placé dans un dossier différent. Shellen voulait le transformer en flux Atom ; c’est ce que Wetherell lui permet de faire, en créant un parser baptisé « Feedless ».

Ensemble ils vont ensuite l’améliorer en intégrant l’Universal Feed Parser. En essayant de résoudre un bug, Wetherell affiche les flux sur une page web et se rend compte de l’intérêt que pourrait avoir une interface web. Shellen ajoute à cela l’idée que l’élément individuel d’un flux devrait être central dans l’outil, pour être facilement partagé ou classé. La valeur qu’ils voient dans leur idée réside aussi dans la possibilité de créer une liste « Blogger Friends », qui permettrait de voir tous les posts issus des blogs d’amis, à la manière de ce que proposait LiveJournal à la même époque.

Le même jour, Wetherell déclare le projet sur ses 20% de temps libre au sein de l’entreprise sous le nom « Fusion », avec la description d’objectifs suivante : « notre but est de construire un service web robuste et la meilleure interface utilisateur possible pour consulter ses abonnements. Nous créerons une API avec des états lu / non lu pour chaque post individuellement, sur la base des lectures des utilisateurs, et nous construirons notre lecteur de flux sur la base de cette API ». Plus simplement, leur vision du projet consiste à « devenir le meilleur service collaboratif et intelligent de distribution de contenus ». Un prototype est construit à base d’Apache, MySQL et PHP (via un LAMP fonctionnant sur Mac OS X Panther). Le projet est ensuite présenté aux équipes de Google, dont une partie travaille alors au lancement de iGoogle. L’idée convainc Ben Darnell, Laurence Gonsalves, et Mihai Parparita de rejoindre le projet.

L’équipe sort une première version du produit le 7 octobre 2005, sous le nom de Google Reader ; dans un premier temps elle n’est ouverte qu’à 100 000 utilisateurs. Parmi les fonctionnalités, on peut noter un onglet « People » qui indique ce que les autres utilisateurs inscrits sont en train de lire. Les premières expériences d’intégration de l’audio, de la vidéo et des photos commencent. Reader sert de solution backend pour le lecteur de iGoogle, via un gadget intégré.

Le 1er septembre 2006, Reader annonce une refonte de son design et de nouvelles fonctionnalités : décompte du nombre d’éléments non lus, possibilité de « tout marquer comme lu », navigation basée sur une arborescence par dossier, et une vue développée pour lire tous les éléments sans avoir à les ouvrir un par un. Les fonctions de partage sont aussi ajoutées.

À partir de 2006 les vidéos sont lisibles au sein de Reader, et à partir de 2007 les contenus issus de Google Video et Youtube sont spécifiquement pris en charge.

Le 17 septembre 2007 le manager du marketing produit, Kevin Systrom (futur fondateur d’Instagram), annonce que Google Reader sort de sa phase d’expérimentation au sein Google Labs.

Le 13 mars 2013 Urs Hölzle, vice-président de l’infrastructure technique, annonce que Google Reader sera fermé le 1er juillet 2013. L’annonce est déplorée par de nombreux utilisateurs, et par plusieurs grands noms des startups internet et du domaine de l’information en ligne, notamment Jim Prosser de Twitter, Matt Haughey de MetaFilter, Ryan Block de Gdgt ou David Carr du New York Times. Peu de temps après l’annonce de la fermeture du service, plusieurs alternatives voient le jour ou annoncent des sorties de nouveaux produits pour s’implanter sur le vide que laisse Google dans le marché :

De plus une pétition en ligne est lancée le jour même, qui recueillait plus de 145 000 signatures le 27 mars.

Le une série de révisions importantes sont apportées à l’interface du lecteur. Nick Baum, chef de l’équipe de “Google Reader”, déclare que la conception de l’agrégateur offre de nouvelles fonctions que le grand public pourra apprécier, notamment&nbsp runners waist belt;:

Les utilisateurs peuvent souscrire à des flux, soit en utilisant la fonction de la recherche du lecteur de Google, ou en entrant l’URL exact du flux RSS/Atom. Les abonnements mis à jour sont affichés dans le menu à gauche de l’écran ; on peut alors classer cette liste par la date ou la pertinence. Des items peuvent également être organisés avec des étiquettes, indiqués par des étoiles jaunes, facilitant le classement et l’accès.

Les items dans Google Reader peuvent être partagés avec d’autres utilisateurs de l’Internet. Ceci peut être fait en envoyant un lien par courriel, dirigeant l’utilisateur vers l’item partagé ; ou les utilisateurs de Google Reader peuvent créer une page web de base et inclure tous les items de leur compte. En d’autres termes, les utilisateurs peuvent insérer un extrait de code de Javascript dans leur site web et partager une sélection d’items dans une boîte. D’autres peuvent alors souscrire à cette liste abrégée.

Google Reader est la première application web à se servir de Google Gears, une prolongation de navigateur qui permet d’utiliser des applications web hors-ligne. Les utilisateurs qui ont installé l’application peuvent télécharger jusqu’à 2000 items et les lire en différé. Après reconnexion, Google Reader met à jour les flux RSS.

Une interface pour permettre la mobilité a été lancée le . Elle peut être utilisée par les téléphones mobiles qui supportent le XHTML ou le WAP 2.0.

Le , Google a lancé un nouveau dispositif qui permet aux flux de Google Reader d’apparaître sur la page personnalisée du moteur de recherche Google. Il offre la possibilité de naviguer facilement dans la liste des flux RSS auxquels l’utilisateur est abonné et il en donne la description sous forme de bulle.

Google Reader est inclus dans Mozilla Firefox 2.0 et peut automatiquement réorienter les utilisateurs à la page Add subscription (Ajouter un abonnement) pour ajouter un flux.

Le , Google a créé une version spécialement formatée pour les navigateurs Internet Wii. Il peut être .

En plus d’avoir un compte Google, Reader a besoin d’équipement minimal pour fonctionner :

Dans tous les cas, le JavaScript doit être activé pour que Google Reader fonctionne.

Fonollosa

Fonollosa es un municipio de la comarca del Bages, en la provincia de Barcelona, Cataluña, España.

Fonollosa está formado por cuatro distritos o entidades.

Lista de población por entidades:

Fonollosa está situado en la besante sur de la sierra de Castelltallat, en el valle de la riera del mismo nombre, afluente del río Cardener.

La vegetación predominante son los pinares y encinares ball shaver.

A 1 de enero de 2010 la población del municipio ascendía a 1401 habitantes, 720 hombres y 681 mujeres.​

United States Away GONZALEZ 3 Jerseys

United States Away GONZALEZ 3 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

;”>     Población según el padrón municipal de 2010 del INE.

La agricultura de secano (cereales, viñas, olivos y almendros) predomina sobre la agricultura de regadío. La ganadería ha experimentado un gran impulso con la instalación de granjas de rebaños porcinos, bovinos y de aves.

En Fals, al lado de la iglesia, donde estaba situado el antiguo castillo documentado desde poco después del año 1000, se levantan dos torres de defensa, las torres de Fals (declaradas bien de interés cultural desde el 8 de noviembre de 1988) que forman un conjunto vistoso junto con la iglesia.

También en Fals destaca la ermita románica de Santa María del Grau, del siglo XIII, bien reconstruida y situada en un lugar pintoresco.